Sac de Mary Poppins

Ma parenthèse inattendue : La belle époque / My unexpected parenthesis: The golden age

Pourquoi faire une critique d’un film ? Et, pourquoi pas ! Je ne vous propose pas, aujourd’hui, une critique de film classique… mais plutôt une critique éclairée sur le film de Nicolas Bedos « La belle époque ».

Présentez moi le scénario…

« Victor, un sexagénaire désabusé, voit sa vie bouleversée le jour où Antoine, un brillant entrepreneur, lui propose une attraction d’un genre nouveau : mélange d’artifices théâtraux et reconstitution historique, cette entreprise propose à ses clients de replonger dans l’époque de leur choix. Victor choisit alors de revivre la semaine la plus marquante de sa vie : celle où, 40 ans plus tôt, il rencontra le grand amour. »

C’est un film porté par de grands acteurs Daniel Auteuil, la si singulière et talentueuse Fanny Ardant, Guillaume Canet, Doria Tillier, Pierre Arditi qui nous proposent un tourbillon d’émotions et de situations. Ce film est à la fois touchant, drôle et énervant. Je mets mon veto sur la première scène qui est, à mon sens, inutile et choquante.

Deux âmes se sont perdues

On y découvre un homme qui a perdu cette étincelle dans les yeux, une femme (interprétée par Fanny Ardant) qui refuse de vieillir et ne supporte plus la routine dans sa vie. Elle devient insupportable voire tyrannique avec son mari. En psychologie, on dit que la colère n’est qu’une émotion secondaire. Elle a un problème avec elle-même en réalité. Elle ne se reconnait plus dans cette vie qu’elle mène. Souvent (pas tout le temps et heureusement), lorsque nous sommes en colère contre les autres, ce n’est qu’un moyen d’extérioriser ce qui nous consume à l’intérieur.

Quant à l’homme déprimé (joué par Daniel Auteuil), il a perdu son travail qu’il aimait tant. Le dessin lui manque terriblement mais il ne s’y remet pas vraiment. Il n’a plus d’inspiration et cela le blesse profondément. Il ne trouve aucun moyen de ranimer ce qui s’est éteint en lui.

… pour mieux se retrouver

Puis son fils lui offre la possibilité de remonter dans le temps, retourner à l’époque qu’il souhaite. Il décide de redécouvrir l’amour de sa vie. S’en suit des péripéties que je ne raconterai pas pour vous laisser l’opportunité de voir ce film.

On peut être nostalgique d’une époque, d’un moment. On se souvient de moments inoubliables en se disant que c’était plus simple avant. En réalité, nous idéalisons le passé. On le redessine d’une certaine manière, on en oublie les inconvénients. Par exemple, Daniel Auteuil revient dans les années 70, les années de la révolution sexuelle, de l’insouciance et de la liberté. C’est aussi les années de la « communauté » et de « l’expérience ». A cette période, la communication (et plus particulièrement la publicité) devient un facteur essentiel de la stratégie des entreprises tandis que la société de consommation est en plein essor. C’était donc une période où l’on avait moins de demandes que d’offres dans ce domaine, où tout était à construire. J’aurais aimé connaitre cette période où nous n’avions pas de téléphone, où la communauté primait sur l’individualisme mais je reste consciente que j’idéalise cette époque que je n’ai pas connue. C’était aussi la période de la revendication permanente telle que la lutte féministe pour la légalisation de l’avortement ou la grève de la faim des sans-papiers. On ne peut que les remercier pour nous avoir donner plus de liberté aujourd’hui. Toute période a ses avantages et ses inconvénients.

Parlez-moi d’amour

On nous parle aussi d’amour. Etre amoureux peut nous transporter et faire arrêter le temps. Comme disait Marcel Proust, « l’amour, c’est l’espace et le temps rendus sensibles au coeur ». On peut se perdre. C’est aussi accepter que l’autre nous voit tel que nous sommes (avec nos forces et nos fragilités). On nous présente deux relations conflictuelles dans ce film. Comment composer avec une autre personne qui est différente ? On peut être sur la même longueur d’ondes, se comprendre aisément tout en étant très différents.

C’est donc un film à découvrir et j’espère que ce court article vous donnera l’envie de vous rendre dans votre salle de cinéma préférée.

La bande originale à découvrir :

Why make a review of a film? And, why not! I do not propose you, today, a classic film review… but rather an enlightened review of Nicolas Bedos’ film « La belle époque ».

« Victor, a disillusioned 60-year-old man, sees his life turned upside down when Antoine, a brilliant entrepreneur, offers him a new kind of attraction: a mix of theatrical tricks and a historical reconstruction, this company offers its clients the opportunity to immerse themselves in the time of their choice. Victor then chose to relive the most memorable week of his life: the week when, 40 years earlier, he met true love. »

It is a film made by great actors Daniel Auteuil, the so singular and talented Fanny Ardant, Guillaume Canet, Pierre Arditi who propose us a whirlwind of emotions and situations. This film is touching, funny and annoying at the same time. I veto the first scene, which is, in my opinion, useless and shocking.

Two souls have been lost…

We discover a man who has lost that spark in his eyes, a woman (played by Fanny Ardant) who refuses to grow old and no longer supports the routine in his life. She becomes unbearable or even tyrannical with her husband. In psychology, it is said that anger is only a secondary emotion. She has a problem with herself in reality. She no longer recognizes herself in this life she leads. Often (not all the time and fortunately), when we are angry with others, it is only a way to externalize what consumes us inside.

As for the depressed man (played by Daniel Auteuil), he lost his job that he loved so much. He misses the drawing terribly but he doesn’t really get back to it. He no longer has any inspiration and this hurts him deeply. He finds no way to revive what has died in him.

.. to find each other better

Then his son offers him the possibility to go back in time, to go back to the time he wants. He decides to rediscover the love of his life. There are some adventures that I will not tell you about to give you the opportunity to see this film.

You can be nostalgic for an era, a moment. We remember unforgettable moments by thinking that it was easier before. In reality, we idealize the past. We redraw it in a certain way, we forget its disadvantages. For example, Daniel Auteuil returned in the 1970s, the years of the sexual revolution, carelessness and freedom. It is also the years of « community » and « experience ». At this time, communication (and more particularly advertising) becomes an essential factor in companies’ strategy while the consumer society is booming. So it was a period when there were fewer requests than offers in this area, when everything had to be built. I would have liked to have known this period when we had no telephone, when the community took precedence over individualism, but I am still aware that I idealize this period that I did not know. It was also the period of permanent demand such as the feminist struggle for the legalization of abortion or the hunger strike of undocumented migrants. We can only thank them for giving us more freedom today. Every period has its advantages and disadvantages.

Tell me about love

We also hear about love. Being in love can transport us and make time stop. As Marcel Proust said, « Love is the space and time made sensitive to the heart ». We can get lost. It also means accepting that the other person sees us as we are (with our strengths and weaknesses). We are presented with two conflicting relationships in this film. How to deal with another person who is different? We can be on the same wavelength, understand each other easily while being very different.

So it’s a film to discover and I hope this short article will make you want to see it when it’s translated into English.

Laisser un commentaire / Share your opinion

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s